29/04/2007

Le paysage en Condroz

LE PAYSAGE EN CONDROZ

Des finages aux allures de parcs paysagers ponctués de villages gris et ocres


Au sud du sillon sambro-mosan, la province prend de l'altitude. Les paysages des premières hauteurs du Condroz sont marqués par le cordon forestier de la Marlagne (ouest de la Haute Meuse) et du Condroz Ardennais (est de la Haute Meuse). Des anciens villages herbagers établis dans les clairières de défrichement et aujourd'hui fortement marqués par leur vocation résidentielle on passe rapidement aux campagnes ondulées du Condroz. La succession des crêtes étirées du sud-ouest au nord-est (tiges) et des dépressions qui les séparent (chavées) crée un milieu naturel riche en terroirs complémentaires dont l'homme a de longue date su tirer parti.
Le village condrusien se localise quasi systématiquement au bas d'un versant bien exposé, à l'abri de la trop grande humidité du fond de vallée. Là, le contact entre les calcaires et les grès a créé une ligne de sources qui garantit aux villageois un approvisionnement en eau de qualité. Les villages sont souvent riches d'un patrimoine bâti remarquable. Les anciennes fermes-châteaux qui y ont été édifiées en constituent régulièrement les éléments-phares. Moins volumineuses qu'en Hesbaye, elles témoignent cependant aussi d'une agriculture précocement florissante. A côté de leurs fermes-châteaux, les villages condrusiens ont su bien souvent conserver la cohérence de leur bâti, cohérence garantie autant par l'homogénéité des matériaux utilisés que par le respect des volumes traditionnels. Ces qualités architecturales leur donnent un charme indéniable.
Autour du village, les prairies tapissent les terroirs impropres aux labours : fond de chavée et bas de versant trop pentu. Les champs se cantonnent sur les sols limoneux biens drainés des hauts de versants. Les bois coiffent les terroirs érodés des sommets des tiges et les versants abrupts mal exposés.
Le vallonnement du relief associé à l'étagement des affectations des sols donne la sensation d'être dans un gigantesque parc à l'anglaise. La vue tantôt ouverte, tantôt fermée donne toujours l'envie d'aller voir plus loin.

Extrait du site du Service du patrimoine culturel de la Province de Namur

12:59 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paysage |  Facebook |